Les jardins nourriciers du Chantier de Guédelon

Structure

Chantier médiéval de Guédelon

Treigny - Yonne

Objectifs

Sensibilisation à l'alimentation

Apprentissage et diffusion de techniques de culture médiévales

Recyclage des matière organiques

Production pour restaurant et ouvriers du chantier

Année de lancement

2016 - En cours de culture

 

Accompagnement

Conception - Création -

Mise en culture - Entretien

Animation

 

Surface cultivée

1500m2 d'espaces comestibles

Type de culture

Plantes aromatiques,

Légumes annuels et vivaces

Fruitiers

Variétés d'inspiration médiévale

​​Un espace comestible entre jardin paysan médiéval et permaculture!

Le terrain a beau avoir été enrichi au fumier quelques années, il a surtout été tassé par les chevaux pendant 15 ans!

Premier défi: aérer le sol! Traction animale, grelinette et engrais verts ont été nos outils pour décompacter

Deuxième défi: se nourrir!

Aujourd'hui on y retrouve les plantes de base de l'alimentation des ouvriers (potherbes, plantes racines, légumineuse...) certaines bien connues et d'autres un peu plus oubliées (chervis, maceron, ...). Des plantes utilitaires ont également été plantées (osiers, noisetiers...).

2016

Principe N°1 : Couverture permanente du sol

Le sol du jardin a été travaillé et amendé lors de la 1ère saison avant d'être couvert à l'aide des moyens à notre portée : paillage, engrais verts, culture dense de légumes.

Cette couverture constitue le point de départ de l'activation de la vie du sol. Elle permet de conserver l'humidité du sol lors des mois d'été, de constituer un apport de matière organique en se décomposant lentement, de réduire l'érosion et le lessivage des sols mais aussi en formant une couche supérieure assez dense pour limiter la pousse d'adventices.

Les engrais verts utilisés comme le sarrasin ou un mélange seigle/vesce permettent de décompacter le sol et d'apporter des nutriments avant la plantation de légumes.

Paillage
Engrais verts
Engrais verts

Principe N°2 : Aménager le jardin avec la ressource à disposition

Le jardin se nourrit des déchets générés par le chantier, par exemple, le paillage des allées est réalisé à partir des déchets d’équarrissage des charpentiers qui taillent les poutres à la doloire.

L'eau est récupérée depuis la toiture des charpentiers dans une mare. Elle est acheminée par de petits caniveaux réalisés à partir de tavaillons (tuiles de bois fendu) déclassés.

Le sol est amendé grâce au fumier des chevaux qui tirent la  charette utilisée pour la livraison des matériaux sur le chantier.

La paille pour couvrir le sol est récupérée dans la bergerie et le poulailler.

Enfin les clôtures sont réalisées selon la technique du plessis de noisetier et chataîgner, les piquets sont en chêne.

DSC07058
DSC03018
DSC07081

Principe N°3 : Des variétés anciennes reproductibles

Dans ce 'courtil', ne sont cultivées que des plantes présentes au 13eme siècle en Europe occidentale. Le capitulaire de Vilis de Charlemagne (liste de 88 plantes cultivées dans les domaines royaux sous le règne de Charlemagne) permet de répertorier une partie des légumes entrant dans la composition du plat le plus répandu, la Porée (hachis de légumes verts cuits au pot sur le feu).

 

Certaines variétés ne sont plus cultivées dans les potagers du XXIe siècle comme le Chervis, la Bardane, le Maceron, la  carotte blanche et rouge, l'arroche, la gourde pélerine...occasion de redécouvrir leur culture et les goûts du 13e siècle.

 

Par ailleurs, suite aux croisades, de nombreux légumes sont rapportées du moyen Orient et les certaines légumineuses (doliques, lentilles et pois chiches) font leur entrée dans les courtils et la cuisine occidentale à cette époque.

Ces graines que l'on a choisi biologiques et reproductibles sont récupérées puis stockées pour être mises en culture l'année suivante dans le jardin.

Variété de céréale ancienne : l'amidonnier
Variété de céréale ancienne : l'amidonnier

Variété de céréale ancienne : l'amidonnier
Variété de céréale ancienne : l'amidonnier

1/1

Principe N°4 : Des associations végétales

Le courtil cultivé à Guédelon rassemble une grande variété de végétaux sur une petite surface. A force d'expériences, pour optimiser l'espace et les conditions de culture, les légumes sont associés entre eux, mais aussi avec des plantes aromatiques, des fleurs et des fruitiers.

Ces fruitiers sont des variétés anciennes de pommiers de Puisaye et du Gâtinais adaptées au terroir local. Cette strate arborée surplombe le potager pour offrir fraicheur en été et nourriture aux légumes qui sont cultivés au pied.

Assiociation végétale
Associations végétales
Associations de plantes tinctoriales